Accueil Emissions Informations Le Nouveau Journal Nouveau journal du 25 août 2015

Nouveau journal du 25 août 2015

L”Edito

A évènements exceptionnels, Nouveau Journal exceptionnel.
Cette semaine les équipes de NCI reviennent sur le Conflit des Rouleurs qui
aura marqué l’actualité (et marquera l’histoire) de la Nouvelle-Calédonie.

Le combat des chefs contre la voix du peuple.

C’est sur les médias traditionnels que les têtes
d’affiches de ce bras de fer, Foucher et Mai d’un côté, Germain et Gomès de
l’autre, auront trouvé les parfaits haut-parleurs pour marteler leurs messages
et camper sur leurs positions. Sur NCI aussi, avouons-le.

Sauf que c’est sur Internet, terrain de notre
chaîne, que l’opinion publique (160 000 comptes facebook en Nouvelle-Calédonie)
se sera exprimée durant cette semaine de blocages. Des témoignages de peur,
d’inquiétude et de colère, transmis par des Calédoniens pris de nausées face à
l’escalade du conflit et ne sachant plus du tout vers qui se tourner pour qu’on
les libère des Rouleurs bloquant leurs quartiers, leurs commerces, leurs
industries, leurs écoles?

Avec son ton décalé mais pas moins satirique
pour qui sait lire entre les lignes, NCI résume un combat des chefs médiatique mené
par une poignée de leaders industriels et de chefs
politiques, les premiers se servant de leurs employés comme épée, les autres du
suffrage universel comme bouclier? le tout laborieusement arbitré par un
haut-commissaire, plus diplomate que beaucoup l’auraient souhaité. Mais
diplomate jusqu’au bout, en dépit de la pression populaire.

Une guéguerre médiatique qui aura accablé et
exaspéré tout un pays? jusqu’à ce que l’imminence d’un conflit armé et le
positionnement des indépendantistes et des coutumiers, dans le Nord et jusqu’à Bourail,
rendent à la population son droit à la
libre circulation.

Didier Guénant-Jeanson: la vérité en 6 minutes

De toutes les personnalités interrogées ces
derniers jours, de tous les témoignages que nous aurons collectés, nous avons
choisi de n’en garder qu’un seul. Patron de l’USOENC (l’Union des syndicats des ouvriers et employés
de Nouvelle-Calédonie), plus
important syndicat du territoire, et le plus représentatif du secteur de la
mine, Didier Guénant-Jeanson résume à lui seul certaines grandes vérités sur ce
conflit. Loin d’être chevillé à des ambitions mercantiles ou politiques, l’homme
s’impose aujourd?hui comme une figure d’autorité à l’issue d’un roulement de
biceps où désinformations et récupérations mal déguisées auront été monnaie
trop courante.

C’est peut-être bien son témoignage que les
médias auraient dû relayer au maximum. Mais Didier Guénant-Jeanson aura trop
attendu. Désireux de laisser toutes ses chances au dialogue entre Rouleur et
Gouvernement, ne souhaitant pas venir
parasiter un dossier déjà assez complexe, l’homme se sera exprimé trop tard.
Samedi, comment son analyse aurait pu trouver sa place quand tout n’était plus
que chaos et drames en perspective ? Quel média aurait encore pu trouver
le temps d’antenne nécessaire, entre ses pages publicitaires, ses télé-novelas,
ses interviews tambouilles au campement de Port Moselle, ses points sur la circulation,
son 63ème interview de Max
Foucher, sa grille de diffusion minutée en fonction du temps de cerveau
disponible? pour faire passer son message convenablement ? Nous même,
pris dans la course à l’info (les 7 reporters de l’équipe étaient tous sur le
terrain ou sur les bancs de montage), nous n’avons pas trouvé ce temps. Faute
avouée?

Le reste de la programmation

Et alors que le débat se lève déjà autour de la
démission de Gyna Moereo à la participation de Miss France, Mondy Laigle
présente sa météo depuis les coulisses de l’élection, Guy & Wana, nos
spécialistes, s’amusent à inventer un procédé « miraculeux » pour
transformer l’eau en vin (ou presque) tandis que Francky Lewis propose sa
sélection de l’actualité internationale.

Merci aux internautes

Pour finir, nous tenons à remercier les
nombreux Calédoniens qui nous ont envoyé leurs photos, leurs vidéos et leurs témoignages pour nous aider à couvrir
les évènements et à informer la population. Un apport citoyen dont nous aurions
eu du mal à nous passer et dont le pays avait grand besoin au cours d’un
conflit dont l’issue aurait pu être bien plus dramatique.

Maxime Le Braz

Directeur de NCI