Accueil Blog Le compte à rebours est enclenché pour les étudiants des prépas scientifiques !

Le compte à rebours est enclenché pour les étudiants des prépas scientifiques !

Le compte à rebours est enclenché pour les étudiants des prépas scientifiques !

Les prépas ne dorment plus !

C’est hier soir, mercredi 13 avril, qu’a lieu le premier concours, auquel se présenteront certains élèves de la prépa scientifique de Jules Garnier. Il s’agit du concours de l’ENAC, préparant aux métiers de l’aviation civile. Ils dureront jusqu’à vendredi, tous les soirs entre 20h et 3h, simultanéité avec la métropole oblige.

Les élèves de Jules Garnier, après deux ans de dur labeur, se retrouvent maintenant face à la première étape deleur cursus d’études supérieures.

Hugo, étudiant en prépa, nous confie son quotidien pour se préparer au concours :

“A cause des horaires du concours, cela fait plusieurs semaines déjà que je me prépare en me couchant tard le soir (vers 5h du matin) et en me levant vers 14h. Je travaille mes cours, fais un peu de sport pour me vider la tête, et je repars pour les révisions jusqu’au moment où je me couche.”

A cette condition de vie particulière s’ajoute le stress, facteur non négligeable que chaque élève essaie de gérer à sa façon.

Pour certains, le prix d’inscription à ces concours (environ une centaine d’euros par concours et par personne, soit 12 000 francs CFP) et le prix du billet d’avion rajoutent une pression supplémentaire.

Les bourses existent, bien entendu, mais les personnes se situant juste au-dessus du seuil d’admissibilité se retrouvent dans une situation délicate lorsqu’ils doivent débourser 500 000 F CFP pour le départ de leurs enfants (soit environ l’inscription à une quinzaine de concours plus le prix d’un billet aller estimé à 120 000 F CFP, l’hébergement sur place et les différents frais de transports).
Lot de consolation, la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris et l’APE Prépa NC, très dynamiques, sont là pour faciliter la logistique avant et après l’arrivée des étudiants dans la capitale métropolitaine.

Quoiqu’il en soit, toute l’équipe d’NCI souhaite bonne chance à nos ingénieurs de demain.