Accueil Radio Le Declic Le Déclic de Francky : Taxer ce que les français vont vendre sur internet !
Chargement du lecteur NCI !
10

Le Déclic de Francky : Taxer ce que les français vont vendre sur internet !

Rien ne doit échapper à la prédation officielle et institutionnalisée.

L’idée de cet amendement, c’est que rien de ce qui transite par les plateformes Internet dites « collaboratives » n’échappe à Bercy !

« Tout opérateur de plateforme en ligne, qu’il serve ou non d’intermédiaire pour le paiement, devra transmettre annuellement à l’administration fiscale, toute une série d’informations sur les activités de chacun de ses utilisateurs, présumés redevables de l’impôt en France : Oui, il va falloir tout déclarer.

Par exemple, on choisit Le Bon Coin pour mettre en vente les légos du gamin qui encombre la cave.

Mais, Le Bon Coin ne sait en aucun cas une fois l’annonce passée si la vente des légos a été faite et à quel prix au final.

Alors que va déclarer Le Bon Coin au fisc ? Et que va faire le fisc de cette donnée ? Venir vous contrôler et faire l’inventaire du nombre de légos dans votre cave pour être sûr que vous n’en avez pas revendu un ou deux en trop.”

Le terrorisme fiscal nous guette.

Francky Lewis

  • DUGARDIN

    Arrete un peu de dire n’importe quoi car les impots quels qu’ils soient sont reversés en NC.

  • il est bon pour casser le dynamique des particuliers..

  • Les rapetous…c est pathétique
    https://youtu.be/fy5ewMwLvMc

  • Le dernier espace de liberté des citoyens. ..la soupape qui permet de faire passer bien des choses…à force de vouloir tout contrôler ils risquent de perdre beaucoup plus..

  • le peuple se soulèvera peut-être enfin !

  • Lamentable …..

  • L’état dépense a tort et à travers et après il ne sait plus où trouver un peu d’argent alors il TAXE tout et n’importe quoi, un jour il taxera le bonheur….

  • Mais vous savez que les vendeurs de brochettes du bord des routes doivent déclarer le produit de leurs ventes ? Comme les tenanciers des Nakamal !!

  • Cette taxation n’est pas honnête si elle concerne des articles d’occasion dont les propriétaires n’ont plus besoin et qui peuvent rendre service à des nouveaux usagers qui eux en ont besoin, ce qui constitue la majorité des tractations sur Internet. Maintenant s’il s’agit de commerçants utilisant ce moyen pour étendre leur champ d’action, ils sont soumis à la réglementation en la matière et doivent s’y plier. Mais s’agissant des particuliers se séparant de leurs inutiles, ils ont déjà subi la taxation en achetant initialement le produit qu’ils revendent toujours à perte.

  • Comme pour tous les systèmes que ce soit en matière de sécurité, d’économie, de santé publique ou de protection sociale ce sont les tricheurs qui entraînent des mesures insupportables bien souvent pour la plus grande majorité. Or, très impliqué dans la réflexion sur l’économie collaborative et participant à des débats et des réflexion avec des grandes plateformes d’économie sociale et solidaire, je puis vous dire que des “spécialistes de marketing” travaillant pour des structures Nationales, voire, multinationales cherchent à se constituer une nouvelle voie de profit dans cette activité et à échapper à l’impôt par cette voie. Malheureusement, cela entraîne systématiquement la mise en place de dispositions générales injustes générant des règles et des paperasseries insupportables et mal vécues par les gens honnêtes (la plus grande majorité).