Accueil Radio Cash CASH #10 : « Nuit Debout »… et ensuite ?
Chargement du lecteur NCI !

CASH #10 : « Nuit Debout »… et ensuite ?

Mouvement citoyen pour les uns, contestations radicales et violentes pour d’autres, le phénomène Nuit Debout s’est invité dans la sphère médiatique et met en lumière certains malaises qui traversent la société française. En Nouvelle-Calédonie, on a aussi un avis et nos deux polémistes nous font partager le leur.

Ainsi, au lendemain des incidents ayant eu lieu Place de la République, Pierre Maresca s’étonne en premier lieu de certaines revendications retranscrites dans les médias. « J’ai été assez stupéfié d’entendre un jeune de 16 ans dire qu’il était là pour défendre ses droits à la retraite, effectivement c’est une belle ambition pour un gamin de 16 ans de faire valoir ses droits à la retraite, bravo, parfait… » dit-il, ironique, mais surtout il dénote que ce mouvement est « la traduction d’un échec des partis de gouvernement depuis 10-15 ans qui est absolument épouvantable ». Pour lui, l’incapacité des gouvernements à répondre aux aspirations des citoyens est extrêmement inquiétante. « Quelle va être la capacité du futur président de la République à faire appliquer les réformes pour remettre la France sur les rails ? » questionne-t-il.

Pour Nicolas Vignoles Nuit Debout est aussi une démonstration de la « radicalisation de la vie politique » puisque pour une partie importante des Français « les partis traditionnels semblent disqualifiés ». Aussi le débatteur estime qu’il n’est pas impossible que « Nuit Debout débouche sur cette volonté de radicalisation » et que les gens s’habituent à croire et à penser « que le sursaut viendra des extrêmes », de droite ou de gauche. Citant les dernières polémiques entourant les déclarations d’une « CGT en perte de vitesse », pour Nicolas Vignoles ce phénomène « récupéré ou pouvant être récupéré » peut « laisser le champ libre à une radicalisation à gauche ».