Accueil La Dépêche.nc L’Interview Politique : Thierry Santa
Chargement du lecteur NCI !

L’Interview Politique : Thierry Santa

VIDEO.11min.

Thierry Santa, candidat à sa réélection à la présidence du Congrès de la Nouvelle-Calédonie prévue mercredi prochain, est l’invité de l’Interview Politique cette semaine.

Après deux mandats successifs à la tête de « la 1ère institution du pays », Thierry Santa nous livre son bilan et plus précisément sa vision du rôle du président du Congrès, lui qui s’est « attaché à permettre que chacun, quelque que soit son avis, puisse le développer au maximum et que les autres collègues écoutent et entendent la pensée de celui qui s’exprime ».

L’objectif recherché par Thierry Santa: créer une « nouvelle pensée Calédonienne ».  « On est dans un contexte aujourd’hui où beaucoup de gens se posent la question de  l’Indépendance ou Pas l’Indépendance » rappelle-t-il. « Moi je suis convaincu que ce n’est pas la vraie question qu’il faut se poser. C’est plutôt : comment faire en sorte de vivre ensemble, tous ensemble, en Nouvelle-Calédonie ? ».

Briguant une nouvelle mandature à la présidence du Congrès, celle qui accompagnera la sortie de l’Accord de Nouméa, Thierry Santa prône ainsi le dialogue et le débat : « Ce n’est que comme ça qu’on arrivera à continuer à vivre en paix. On doit s’atteler dès maintenant à discuter tous ensemble. D’abord entre nous, les loyalistes, mais au-delà avec les Indépendantistes et avec l’Etat qui a son rôle à jouer.(…) Avant le référendum, on aura fait ce travail de discussion, de concertation, de recherche de convergences, de recherche de valeurs communes, de réflexion commune sur l’organisation institutionnelle à venir, sur la notion d’identité Calédonienne, et donc de citoyenneté Calédonienne, sur la stratégie économique minière qu’on doit définir ensemble et non plus simplement une logique provinciale comme on la connaît aujourd’hui. Si on trouve ces points d’accords avant le référendum tel qu’il est prévu, j’espère que le résultat de ce referendum sera mieux accepté par tous »

On doit s’atteler dès maintenant à discuter tous ensemble. D’abord entre nous, les loyalistes, mais au-delà avec les Indépendantistes et avec l’Etat qui a son rôle à jouer.

Quid de la formation menée par Sonia Backes et réunissant, entre autre, Harold Martin, Grégoire Bernut et Philippe Blaise, susceptibles de former un nouveau groupe au Congrès, en périphérie de la plateforme loyaliste du 15 Juin ? Thierry Santa mise sur l’intelligence : «je ne désespère pas que ces tensions qui se font sentir encore aujourd’hui s’apaisent avec le temps et qu’ensemble on arrivera à avancer dans le bon sens ».

Quant à savoir qui sont « Les Républicains », aujourd’hui, en Nouvelle-Calédonie, le Président du Congrès rappelle que les deux seuls mouvements affiliés officiellement aux Républicains sont le Rassemblement de Pierre Frogier et le MPC de Gaël Yanno, avant d’ajouter « quand on souhaite faire partie d’un groupe, c’est pas n’en faire partie que pour en tirer les avantages, il faut en faire partie aussi parfois quand c’est difficile et quand des décisions sont dures à accepter, ce qui semble-t-il, n’est pas le cas de tout le monde… »

Je ne désespère pas que ces tensions qui se font sentir encore aujourd’hui s’apaisent avec le temps et qu’ensemble on arrivera à avancer dans le bon sens.