Accueil Emissions Informations Reportages Sortir des clichés du Logement Social.
Chargement du lecteur NCI !
4

Sortir des clichés du Logement Social.

VIDEO.5min.

Monsieur Louis-Jacques VAILLANT,  le Directeur de la SIC recevait Tahnee Jacob de NCI dans son bureau pour lui présenter ce constructeur, ce bailleur et cet aménageur qu’est la Société immobilière de Nouvelle Calédonie.

Créée en 1968, la SIC représente aujourd’hui :

  • Plus de 10 000 logements gérés dont 1 300 adaptés à des besoins spécifiques (étudiants, personnes âgées, personnes handicapées) soit 40 000 personnes hébergées sur l’ensemble du Territoire.
  • 8 à 10 milliards d’investissements chaque année.
  • 3 milliards de francs consacrés à l’entretien des logements.
  • 3,3% du PIB de la Nouvelle-Calédonie.
  • 2 500 emplois induits.
  • Un projet d’entreprise articulé autour de la Responsabilité Sociale et Environnementale.

La SIC a marqué le paysage calédonien, avec la construction de 7 cités historiques :

Port N’Géa (1968 ; 157 logements)      Cité Paul-Boutonnet (1969-71 ; 73 log)      Rivière-Salée (1971 ; 188 log)

Pierre-Lenquette (1971-72 ; 348 log)     Ducos-Tindu (1972 ; 352 log)     De Saint-Quentin (1973-74 ; 634 log)

Magenta (1973-75 ;  844 log)

La SIC formalise en 2008 son ambition de déployer l’habitat de façon exemplaire,  en adoptant « CAP 2020 », un projet d’entreprise articulé autour de la Responsabilité  Sociale et  Environnementale (RSE)  .

On parle aussi de la SIC comme étant précurseur en matière de collecte sélective, de chauffe-eau solaire et de photovoltaïque :

Juillet 2008 : la SIC lance, bien avant tout le monde en Nouvelle-Calédonie, une opération de tri des déchets recyclables. Deux points d’apport volontaire (PAV) sont aménagés aux Tours de Magenta, un troisième aux Hauts de Malaoui.

Mi-2015 :  plus de 2 000 chauffe-eau solaires avaient été installés, comme à Pierre-Lenquette, dans le cadre d’un programme de rattrapage initié en 2009.

La toiture du siège social de la SIC, au Quartier Latin, est recouverte d’une unité de production photovoltaïque. À l’image de l’agence pilote de Saint-Quentin et de l’un des bâtiments de la résidence universitaire de Nouville.

Aujourd’hui, la priorité est de faire des logements traversants, bénéficiant d’une ventilation naturelle, qui limitent le rayonnement solaire par des procédés d’isolation thermique, d’aération ou d’orientation de toiture, et favorisent ainsi les économies d’énergie.

A savoir :

Un bailleur s’occupe de la gestion de logements qui sont réservés à des personnes dont les revenus sont limités.

L’aménageur peut-être soit une personne, soit un organisme qualifié dans les études d’aménagement et dans l’application des plans, programmes et projets résultant de ces études.

 

  • ce n’est pas convaincant
    on voit bien que l’essentiel est de faire tourner la machine à billets notamment via la défiscalisation sans s’occuper des aspects urbanistiques, écologiques ou sociaux
    le reste cela s’appelle de la communication

  • je sent l’odeur de l’argent :p

  • Et pourtant il reste encore tant de problèmes à ce sujet! Il faudrait contacter la Cellule du logement su gouvernement pour le savoir de façon clair honnête et concrète!!!!

  • Il faudrait peut-être penser autrement sur la manière de construire les logements car bien souvent c’est trop vite fait et sa ressemble oui à des cage à poules mais également à todis mal construit alors au lieu de penser au profits qui n’en ai pas vraiment puisqu’il y a 2 fois plus de réparation par la suite il faudrait mieux mettre plus de temp à construire et correctement sans passer par le préfabriqué et des logements plus grand pour accueillir les familles avec supervision à l’appui pour que les logements est une durée de vie plus longue et donc moins de dépenses par la suite et plus de chantier sur le long terme donc du travail pour les entreprises. Les familles serons en attente certe mais une attente bénéfique pour elles.