Accueil Radio La matinale FIAF : Fonds Interprofessionnel d’Assurance Formation.
Chargement du lecteur NCI !

FIAF : Fonds Interprofessionnel d’Assurance Formation.

VIDEO.16min.

Un RDV matinal bien rempli avec Xavier Benoist, Président de la FINC et Président du Conseil d’Administration du FIAF, Christophe Coulson, Président de l’Union Territoriale CFE-CGC et Trésorier du FIAF et Severine Zimmer, Chef de projet et responsable du FIAF.

La Création du Fonds Interprofessionnel d’Assurance Formation (le FIAF) est le fruit du dialogue social. L’idée d’un Fonds d’assurance formation n’est pas nouvelle. Les premières discussions à ce sujet remontent aux années 90. Le Code du travail prévoyait, dans les grandes lignes, l’existence d’une telle structure et les partenaires sociaux ont commencé à en fixer les contours à la fin des années 2000. Les Etats généraux de la formation professionnelle continue, en 2010, y faisaient notamment allusion.

Sa mission principale est de contribuer au développement des compétences calédoniennes en œuvrant dans le secteur de la formation professionnelle continue.

Développer la formation professionnelle continue des salariés du secteur privé à travers 2 mesures :

  • Une obligation de financement étendue à tous les employeurs en créant une contribution obligatoire qui sera mutualisée.
  • Grâce à cette nouvelle cotisation, assurer le financement des actions collectives de formation, des plans de formation soumis par les entreprises, ainsi que des parcours individuels de professionnalisation, Accompagner les entreprises ainsi que les branches professionnelles dans la définition de leurs besoins et Financer des programmes d’études dans le domaine des qualifications de la gestion des compétences des salariés, des techniques et des outils de la formation professionnelle.

Elle sera constituée par le versement, par tous les employeurs du privé, d’un apport représentant 0,2 % de leur masse salariale, plafonné à la tranche 1 du RUAMM et qui sera collecté par la CAFAT. Toutes les entreprises auront obligation de s’affranchir de cette contribution.

Si les entreprises de plus de 100 salariés dépensent jusqu’à 5%, les petites entreprises elles, ont tellement de contraintes qu’il leur est difficilement possible de mettre en place des formations.